← retour à la liste

Le 13 mai les militants et militantes de Décidons l’Hérault s’étaient donnés rendez-vous au Lac du Crès avec pour objectif de faire appel à l’intelligence collective ! De nombreux échanges au sujet du parking, que le conseil municipal a décidé de rendre payant pour tous les non-Cressois (2€/heure pour une durée de 5h puis 5€/heure au delà), bien sûr sans aucune forme de consultation citoyenne préalable.

Nous sommes donc allés à la rencontre des usagers de cet espace vert, et le moins qu’on puisse dire c’est que la pilule ne passe pas : aucune concertation, tarifs prohibitifs, opacité dans l’utilisation de cet argent… En particulier, cette tarification est perçue comme discriminante pour les familles et classes populaires, condamnées encore une fois à rester dans leurs quartiers de béton quand seuls des privilégiés pourront profiter de baignade dans un espace naturel. Au sein même des habitants du Crès, pourtant censés être exonérés du prix du parking, les raisons de la colère sont multiples. Ces derniers pointent du doigt le risque d’avoir des voitures venant se garer n’importe où pour esquiver la nouvelle taxe. Sans compter la mise en place d’un système d’identification par immatriculation tout sauf pratique là où un simple badge amovible aurait suffit.

Et pourtant, les citoyens et citoyennes ne manquent pas d’idées pour participer à l’entretien et à l’embellissement du lac. Si l’idée d’une participation -raisonnable et équitable- à l’entrée du parc semblait acceptable pour certains, d’autres auraient bien vu le développement d’autres activités, comme une base nautique, une guinguette populaire ou des évènements à thème. Et si le problème était de réduire le recours à la voiture, pourquoi ne pas plutôt créer un chemin piéton direct et clairement indiqué pour rejoindre le parc depuis l’arrêt de tram Via Domitia ? Ou pourquoi ne pas avoir de ligne de bus fréquente reliant l’entrée du lac à l’arrêt de tram Notre-Dame de Sablassou, beaucoup plus fréquemment desservi ?

Bref, le nouveau maire du Crès, Stéphane Champay, semble avoir oublié que c’est bien la mobilisation citoyenne qui avait permis la création de ce lac aujourd’hui tant plébiscité par les habitants et habitantes de la métropole. Ces vieilles pratiques politiciennes de décisions unilatérales, que lui-même dénonçait dans l’opposition quelques années plus tôt, doivent aujourd’hui faire place à un réel exercice de démocratie.

Article publié le : 15 mai 2021